Carte blanche à… Éric Beracassat, photographe de l’AJT

Classé dans : Carte blanche | 0
Israël, Jérusalem, ville sainte, vieille-ville classée Patrimoine Mondial de l’UNESCO, partie couverte du Mur des Lamentations (Kotel).

Éric voit le jour le 27 juillet 1963 à Paris. Mais quand il est à peine âgé de 18 mois, son père, pharmacien en labo, est muté à Casablanca. Il y passe la majeure partie de son enfance et de son adolescence. Au Maroc, Éric et sa famille ne fréquentent pas les expatriés. C’est là que son amour pour la diversité des peuples commence à se forger. Une citation de Saint-Exupéry devient son leitmotiv « Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser, tu m’enrichis ». À 17 ans, retour en France. Il a tout à découvrir du pays qui est finalement le sien. C’est aussi l’heure des études supérieures. Il choisit Hypokhâgne. Un an plus tard, il entame un cursus d’Information et de Communication. Son mémoire de fin d’études, réalisé conjointement avec Christophe Hamieau son ami de toujours, porte sur le Canard Enchaîné. Licence en poche, il débarque à l’AFP où il découvre les News et l’actualité. Ce qui l’intéresse dans ces formes journalistiques « c’est la rencontre avec les gens ». Mais pour lui l’important chez un photographe, c’est de faire oublier. Il doit faire partie du décor. Avant de dégainer son appareil, Éric commence toujours par discuter, écouter, apprendre des autres. À l’AFP, il rencontre Salgado et Guy Le Querrec, qui lui apprend à se servir d’un Leica.
Mais l’armée l’appelle, service militaire oblige. Dans un régiment aéroporté, il va au delà de ses limites. Précepte qu’il appliquera ensuite dans « l’écriture, la photo, la vie ». Il reste un temps dans l’armée qu’il quittera sous le prétexte de « toujours s’habiller pareil » dit-il avec humour. Il aura comme même eu le temps d’y pratiquer de la plongée, du parachutisme, de l’escalade. Des sports où le dépassement de soi est une règle absolue. Les années passent. Les projets et les rédactions également. Allo Comptoir, Cyanéa Press, Club Cigare, Grands Voyages du Monde, Bon Voyage, L’Art de Voyager, Gran Angular, Voyager Rando, Tour Hebdo, Version Femina, Vogue Russia, Tvzvezda Russie lui font découvrir de nombreux domaines photographiques et journalistiques. Au sein de Sipa Press, Visual Press Agency et Gamma-Rapho ou encore Randos Balades, ses spécialités sont aujourd’hui exclusivement le tourisme (dans toute sa diversité), la Sécurité Intérieure, la Défense, les sujets Armée et Justice, la santé. Faire des photos est pour lui son oxygène. Lorsqu’il parcourt le monde, il n’oublie jamais son boîtier. « Je pourrais partir sans bagage mais pas sans appareil ». En reportage, il ne se sépare jamais de son boîtier Nikon D5 avec lequel il avoue une réelle complicité. Un seul appareil lui suffit. Eric a dépassé la phase « matos » pour se concentrer sur l’essentiel, la photographie. Même en balade dans son quartier, il a toujours son Leica M dans la poche. Dans ses photos, Éric cherche finalement toujours à émouvoir et partager ses propres émotions.

Polynésie Française, Archipel des Tuamutu, Rangiroa. Une ferme perlière…
La capoeira remonte au début du siècle dernier, sa rythmique et ses techniques de feintes entre autres sont empruntées aux peuples africains d’Angola. La possession d’armes et les entraînements martiaux leur étant interdits par leurs maîtres, les esclaves ont invente la capoeira, s’inspirant de leurs danses africaines traditionnelles pour développer ce style de combat. C’était un moyen pour eux de résister a la violence quotidienne qui régnait dans les plantations. Cet art martial déguisé en danse contient toute l’âme du Brésil.
Mauritanie, un chamelier rassemble son troupeau au petit matin.
Mer Rouge, Israël, Eilat. Au Dolphin Reef, les tursiops souhaitent la bienvenue aux plongeurs. Ces grands dauphins vivent en semi liberté: le soir, ils ont la possibilité de quitter l’enclos pour chasser en mer.
Flamands roses en Camargue, Bouches-du-Rhône, France.
Face aux Arènes antiques en plein centre de Nîmes, le Musée de la Romanité a ouvert ses portes le 2 juin 2018.
La récolte de la lavande près du village de Séderon, France, Drôme (26).
Un avion de ligne dans un ciel menaçant. 
Village de Santo Amaro (cité natale du célèbre chanteur et musicien Caetano Veloso et de sa sœur Maria Bethabia). Vous pourrez y découvrir son marché de fruits tropicaux, légumes, noix de cajou, épices. C’est aussi le jour du coiffeur pour homme.
Jordanie, Wadi Rum, classé Patrimoine Mondial de l’UNESCO, un bedouin de vant une arche dans le désert.
Vie quotidienne en Iran, Hispahan les femmes d’abord.
L’abeille a miel, que l’on désigne plus simplement sous le terme d’abeille, est une espèce sociale d’insectes de la famille des apidés ou apidae et du genre apis. On peut ajouter à sa classification le sous-ordre apocrita, la super-famille apoidea et la sous-famille apinae. On détermine généralement quatre espèces. Apis mellifera indigène d’Europe et d’Afrique, largement introduite sur d’autres continents comme l’Amérique et l’Australie est la principale espèce élevée pour la production de miel. Elle convient particulièrement a l’apiculture. Apis cerana, présente en Asie, est également élevée a grande échelle.
Bird Island aux Seychelles et paradis des oiseaux et des tortues éléphantesques.
Maroc, Zagora, bijou berbère posé sur main de femme portant des dessins au henné symbole de fête.
Enfant devant maison jaune: Archipel des Bahamas, Harbor Island, l’heure de l’école.
Maroc, Essaouira, le port de pêche.
Montpellier, Le Fise, festival des sports extremes.
Visite familiale du site Persepolis en Iran.