Carte blanche à… Pascale Missoud, photographe de l’AJT

Classé dans : Carte blanche | 0

Pascale Missoud est née à Paris. Mère bretonne, père pied-noir, Paris reste sa ville. Elle grandit dans une chambre de l’hôtel tenu par la famille. Quelle meilleure intro au tourisme ? Intro à la vie aussi, car le XIe est au carrefour de tous les mondes, y compris le bar à hôtesses voisin. Excellente mais dissipée à l’école, fabuleuse au piano, débordant d’adrénaline qu’elle passe dans le ski ou le tir au pistolet, elle est admise à Saint-Cyr… mais renonce : la discipline et elle… Langues, histoire, journalisme, enfin : elle erre dans ses études, se fait une réputation d’organisatrice dans l’intérim, entre par hasard au Figaro, rubrique art de vivre. Là, elle apprend vraiment le métier, sous l’égide exigeante de Jean-Marie Pinçon. Commence sa vraie carrière. Un long séjour en Argentine a décidé de sa vocation : voyager. Avec un gros faible pour l’Amérique latine – et le discret appel de l’Afrique. En sus du Figaro, elle fournit Tour Hebdo en dossiers destinations, mais aussi le grand public : Nouvel Eco, Libé, A Nous Paris, Paris Absolument – Paris, toujours ! -, Grands Reportages, Info Travel, les suppléments des Echos, 5 guides touristiques, aussi… Même si son truc reste la plume, elle garde dès le début le Nikon à portée de main. A l’heure où beaucoup le dédaignent, elle se jette sur le numérique ; mais une fois baignant dans le numérique, elle se faufile vers le noir et blanc. Son contact malicieux avec les gens de rencontre et leur quotidien s’accorde à merveille avec son goût pour le portrait et l’instantané.